Des étudiants de Skema et Sciences Po Lille se lancent dans l’entrepreneuriat social

Soutenues et accompagnées par le réseau Enactus, deux associations étudiantes de Skema et Sciences Po Lille ont lancé un projet d’entrepreneuriat social.

Enactus projets

Erega, un réseau mondial pour les entrepreneurs

Elise, Guillaume, Solange et Melike, tous les quatre étudiants à Skema Business School Lille ont créé il y a six mois l’association Erega qui veut s’inscrire comme un réseau mondial de jeunes entrepreneurs. « Notre but : mettre en relation les étudiants et les entrepreneurs qui ont des besoins précis en termes de marketing, RH. En tant qu’étudiants, on ne prétend pas posséder toutes ces compétences, mais on peut faire bénéficier notre réseau autour de nous », explique Melike, la présidente de l’association.

L’idée est partie d’un constat : chaque entrepreneur, quel que soit l’endroit où il habite, a des besoins qui, faute de temps, sont rarement comblés. C’est là qu’Erega intervient : « On veut avoir l’impact le plus important possible, le but est de sensibiliser la jeunesse et lui montrer qu’il n’est pas si difficile de les aider. » À terme, l’association aimerait se rapprocher des universités et créer même plusieurs antennes, mais en attendant, les quatre étudiants vont s’envoler début janvier pour un tour du monde dans 24 pays : « On a sélectionné des entrepreneurs pour les accompagner dans une problématique précise. »

Échange de services à Lille Moulins

Dans un autre registre, Alexandra, Flavien, Léa, Jocelyn et Matthias, étudiants à Sciences Po Lille ont imaginé un système d’échange de services pour les habitants d’une résidence (Trévise) située dans le quartier de Lille Moulins. « L’idée est de permettre à un lieu de fonctionner avec des échanges d’objets, de services et de compétences pour que tout ceux qui le souhaitent puissent en bénéficier. On va par exemple donner une heure de notre temps pour promener un chien et recevoir en retour un cours de cuisine », imagine Matthias, coresponsable du projet. Les cinq étudiants de Sciences Po se sont inspirés d’une boutique à Berlin (Leila) qui repose sur un système de troc d’objets. « On veut aussi organiser des ateliers de partage de connaissance, faire de cette résidence un lieu de vie collective avec du lien social. »


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires