Portrait : Catherine, Villeneuvoise en volontariat humanitaire de solidarité internationale

Volontariat humanitaire de Solidarité Internationale

Depuis deux ans, Catherine, JEUNE Villeneuvoise travaille en Guinée-Bissau dans le cadre d’une mission volontariat humanitaire de solidarité internationale.

 

Comment vous êtes-vous retrouvé à travailler en Guinée-Bissau ? Quel est votre parcours ?

« J’ai fait toutes mes études à Lille étant donné que je suis originaire de Villeneuve d’Ascq. J’ai obtenu un Bac Économique et Social. Ensuite, je me suis aventurée en psycho, sans succès. Puis j’ai effectué une formation de conseillère sociale en économie familiale. Mais comme je ne me sentais pas prête à affronter le monde du travail, je me suis réorientée vers les ressources humaines. J’ai passé ma licence en Ressources Humaines, puis j’ai travaillé quatre ans dans ce domaine. Un jour, j’ai tout plaqué, je suis partie en volontariat au Canada pour travailler dans un centre d’immigration. C’est vraiment là où je me suis retrouvée et ça a été le point de départ de ma seconde vie. Lors de mon retour en France, j’ai trouvé ce travail à ESSOR, une association de solidarité internationale, basée à Marcq-en-Barœul (59). »

Le point de départ de ma seconde vie

 

Quels critères vous ont permis d’être embauchée à ce poste ? Car vous n’aviez pas de diplôme dans ce domaine…

« J’ai été embauchée parce que mes valeurs correspondaient vraiment à celles d’ESSOR. Ils ont fait le pari de miser, non pas sur mes diplômes, mais sur mes qualités humaines avant tout le reste. »

 

En quoi consiste votre travail ?

« Nous travaillons avec ANADEC, une ONG partenaire. J’aide leurs techniciens à mettre en place des projets dans le domaine de l’éducation. Ce sont souvent des projets destinés à un public spécifique, comme la petite enfance ou les adolescents. Ici en Guinée-Bissau il n’y a pas de centres sociaux, pas d’activités de loisirs, comme on peut en trouver partout en France. C’est vraiment une tranche d’âge oubliée. Depuis deux ans, je travaille avec des animateurs que j’ai formés, et aujourd’hui, ils font du très bon travail. »

 

Aller vers l’inconnu ne vous a pas effrayée ? D’autant que vous ne parliez pas Portugais, la langue du pays ?

« Je me suis posé pas mal de questions quand Essor m’a proposé le poste. La veille du départ, je me demandais pourquoi je partais car je pensais rester au Canada encore quelques mois. Mais c’était quelque chose qui me tentait depuis longtemps, j’attendais l’opportunité. Au début ça a été plutôt difficile de s’adapter, par rapport aux différentes cultures, et oui, aussi parce que je ne parlais pas portugais. Il m’a fallu toute une phase d‘adaptation. Quand tu pars à l’étranger dans le cadre d’une mission de solidarité internationale, il faut être préparée à se remettre en question. Mais j’ai pris le taureau par les cornes et aujourd’hui je parle couramment portugais. »

 

Quels sont vos futurs projets ?

« J’effectue les démarches pour une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) afin d’entrer en Master 2 sciences de l’éducation à Lille 3. Depuis 10 ans je ne fonctionne que par opportunité, je prends ce qui vient et pour l’instant je m’en sors plutôt bien. Au final, ce mode de vie me plait. »

 

BIO EXPRESS

1985 :
Naissance de Catherine Piat

2003 :
Catherine obtient son Bac ES et le Bafa. Elle effectue ses premiers pas dans l’animation.

2008 :
Elle obtient une licence Ressources Humaines en alternance.

2009 :
Catherine a 24 ans, et c’est la première fois qu’elle prend l’avion, direction Miami !

2011 :
Départ pour le Canada dans le cadre d’une mission de Service Volontaire Européen. Catherine se « redécouvre ».

2012 :
Retour en France, dans le Nord. Elle commence à travailler au sein d’ESSOR, une association de Solidarité Internationale, basée à Marcq-en-Barœul (59).

2014 :
Son premier contrat chez ESSOR se termine. Catherine retourne travailler au Canada.

2015 :
ESSOR lui propose le poste de Référente Pédagogique en Guinée-Bissau, dans le cadre d’un Volontariat humanitaire de Solidarité Internationale.

2017 :
Toujours en Guinée-Bissau, Catherine compte signer pour une année supplémentaire.


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires