Eco-festival Cabaret Vert : le nouveau mastodonte au nord de Paris

Peu après le Main Square, peu avant le N.A.M.E festival, le Cabaret Vert soufflait lui aussi cette année sa dixième bougie les 21, 22, 23 et 24 août derniers. Et en grande pompe.

© L.NOBLET

Alors que le Main Square, festival désormais incontournable du nord de France, enregistrait cette année une fréquentation record avec 135 000 visiteurs, le Cabaret Vert semble suivre la même voie avec cette année 94 000 spectateurs venus de toute la France, un nombre jamais atteint jusqu’alors.

© KMERON

Pour Julien, 21 ans, venu de Lille, « Les trois scènes du Cabaret Vert permettent à la fois de voir de grands noms et d’en découvrir d’autres, à un prix vraiment abordable pour les quatre jours. » Outre les scènes, le festival offre à ses visiteurs un espace cinéma, où s’enchaînent les courts métrages, un espace BD, le village asso et une riche programmation d’arts de rue, du spectacle de marionnettes (pour adultes, attention) aux fanfares ou au théâtre burlesque. Bref, pas de quoi s’ennuyer durant les heures d’ouverture du site (de 14h à 3h).

© L.NOBLET

Seule ombre au tableau : « le camping ! » Victime de son succès, le camping du Cabaret Vert a en effet affiché complet la veille du lancement, provoquant sur la page Facebook de l’événement une vague de colère parmi les festivaliers pris au dépourvu. Agrandi dès le premier soir pour accueillir de nouveaux arrivants, les sanitaires prévus sont rapidement pris d’assaut. « Je n’ai jamais attendu aussi longtemps pour aller aux toilettes ou prendre une douche » confie Émilie, trois Cabarets Verts au compteur, l’air « c’était mieux avant ». Mais peu importe, les festivaliers sont beaux joueurs : « Je préfère ça qu’être privé de camping. Au moins je sais où dormir » assure Stéphane. Au total, près de 14 000 places ont été écoulées, atteignant les limites de la capacité d’accueil du terrain.

© LOUISE VAYSSIÉ

Si le Cabaret Vert a ainsi fait carton plein, c’est que le paquet avait été mis sur la programmation 2014, avec une attaque hors du commun dès le premier soir : Metronomy, -M-, Placebo, Die Antwoord. Rien de moins.

Parmi les temps forts : assurément Die Antwoord, attendus par une foule divisée entre fans de la première heure et curieux déconcertés, -M-, showman égal à lui-même sachant toujours comment jouer avec son public, ou encore Airbourne : hard rockeurs australiens à l’énergie effarante. Légère déception en revanche de la part de Shaka Ponk : une très belle scène mais une prestation tiède, malgré un public vraisemblablement conquis, Metronomy, propre, trop lisse, peu à l’aise avec la scène, et Kavinsky, définitivement bloqué derrière son ordinateur.

Die Antwoord - © L.NOBLET

Airbourne - © KMERON

Très belle édition en somme, assurée, au delà des artistes, par une équipe de 1 400 bénévoles garantissant propreté, sécurité, informations et services aux festivaliers.

On attend déjà le Cabaret Vert 2015. L’édition, peut-être, des 100 000 visiteurs.


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires