Prothésiste

Domaine d'activité : Paramédical
Centre d'interêt :  
Etre en contact avec les autres
Fabriquer / Réparer les objets
Concevoir ou améliorer des choses
La fonction

Sa vocation est d’être le praticien spécialiste de l’appareillage orthopédique. À partir d’une prescription médicale et après examen clinique du patient, il établit sa fiche de mesure et son cahier des charges en vue de la conception de l’appareil à fournir. Il réalise la prise d’empreinte ou de moulage, il fabrique l’appareil, puis procède aux essayages et à la livraison des prothèses. On le retrouve comme podo-orthésiste (appareillage du pied), orthopédiste-prothésiste (petit appareillage médical) et prothésiste dentaire. Il travaille au sien des instituts d’éducation motrice (IEM), médico-éducatifs (IME), des maisons de retraites et des centres hospitaliers.

La formation

Les étudiants sont acceptés à la sortie d’un BAC STI2D, ST2S ou S. Il faut ensuite passer par un BTS (BAC +3) Prothésiste – orthésiste, proposé dans seulement quatre établissements (Paris, Angers, Castres et Valence). L’école Maestris Prépa de Cambrai et le Centre de Préparation aux Concours Médicaux et Paramédicaux proposent une préparation mention audioprothésiste pour les concours paramédicaux. Il est également possible de se diriger vers un DT (Diplôme de technicien) Prothésiste – orthésiste d’une durée de deux ans accessible aux élèves titulaires d’un CAP ortho-prothésiste ou podo-orthésiste.

La remunération

Il varie de 1280 à 1400 euros brut par mois pour un débutant. Il dépend ensuite de la spécialisation. L’insertion professionnelle est très bonne et les jeunes diplômés sont rarement confrontés au chômage.

Les conseils

Il faut être communiquant pour accueillir, prendre en charge et conseiller les patients. Un sens commercial et un goût pour la gestion sont recommandés. Le travail en équipe fait parti du quotidien, il est donc indispensable de savoir s’adapter à un groupe.

A voir également