Le commerce et la distribution : De nombreux emplois à la clé !

le-commerce

Corrélé à la conjoncture économique, le commerce et la distribution peinent encore à retrouver leur dynamisme d’antan même si de nouveaux modes de consommation ont émergé pour générer de nouveaux revenus.

 

Consommation et pouvoir d’achat

Berceau historique de la distribution française depuis le milieu du 20e siècle grâce à l’implantation de nombreuses enseignes et la présence de mastodontes comme le groupe Auchan (premier employeur en région), le Nord Pas de Calais- Picardie, n’échappe pas aux difficultés. La présence de très nombreuses aires commerciales (V2 Villeneuve-d’Ascq, Englos, Roncq…) ne suffit pas à doper un secteur qui reste tributaire de la conjoncture économique, dont la consommation des ménages est relativement faible. La maigre progression (+0,7% enregistrée par l’INSEE en décembre 2015) ne suffit pas à relancer l’activité. « Le pouvoir d’achat des ménages baisse assez rarement à l’exception de l’année 2012, il a plutôt tendance à augmenter même dans les périodes difficiles (+1,7% sur l’année 2015). Le souci qu’il va y avoir, c’est que les gens, par précaution, vont épargner ou arrêter d’emprunter pour consommer moins alors qu’ils l’auraient plus facilement fait dans un contexte économique plus favorable. Même si leurs revenus ne baissent pas forcément, il y a donc davantage de prudence, ils reportent leurs achats », explique Tapio Poteau, responsable des études de la CCI région Nord de France.

 

Des secteurs inégalement touchés

Le commerce de détail figure parmi les branches les plus importantes avec 147 600 employés en Nord – Pas-de-Calais, il est l’un des plus concernés par cette baisse d’activité. Confrontée à de fortes mutations causées par le développement du e-commerce ces dernières années et le changement de comportement des consommateurs, l’activité n’avait cessé de se détériorer pour atteindre son plus bas niveau depuis 2009. Heureusement ça va mieux depuis quelques mois, avec la progression de la consommation, l’activité dans le commerce de détail s’est stabilisée et les commerçants se montrent un peu moins pessimistes : en septembre 2015, d’après une étude de la CCI Nord de France, 57 % déclaraient rencontrer des difficultés, contre 64 % un an plus tôt.  « Les commerçants ont du mal à capter la clientèle. Ils font beaucoup de réductions, de promotions, même s’ils font du chiffre d’affaires celui-ci n’est pas forcément de qualité parce que derrière, ils ne vendent pas avec les marges suffisantes », constate Tapio Poteau. Les secteurs de l’équipement de la personne, de l’hygiène-santé-beauté, des articles de loisirs sont ceux qui éprouvent les taux de difficulté les plus élevés.

 

Le e-commerce, l’avenir

L’avènement de l’internet depuis le milieu des années 2000 a entraîné des conséquences majeures. Il a d’abord permis au consommateur de mettre à sa disposition un champ d’informations considérable qui a changé son comportement. La logique n’est plus la même : avant d’acheter, celui-ci regarde, observe et compare ce qui a pour effet de renforcer le mécanisme de concurrence entre les grandes enseignes quel que soit le produit vendu. Internet a également changé la manière de consommer en apportant la possibilité d’acheter un bien depuis son ordinateur. Parce qu’il génère un gain de temps précieux pour le client, le e-commerce (ou commerce électronique) est en pleine expansion, et génère beaucoup d’emplois, 112 000 personnes en France avec une augmentation des effectifs estimée à environ 13 %. L’implantation d’Amazon, leader mondial du e-commerce, à Lauwin-Planque en est l’illustration. En 2014, le marché du e-commerce représentait plus de 50 milliards d’euros,  la France, qui figure au 6e rang du commerce en ligne dans le monde, a donc bien négocié le virage e-commerce. Et ce n’est pas fini, après le e-commerce, le m-commerce (commerce sur mobile) est en plein développement depuis trois ans. Avec la multiplication des Smartphones et applications marchandes, cette nouvelle manière de consommer permet de faire ses achats depuis son téléphone via des plateformes spécifiquement conçues pour l’occasion.

 

Portrait :

Mathieu, chef de projet web à M6

Parcours

« Quand je suis sorti du lycée j’étais assez perdu, j’aimais le web, mais plus la partie création. Au fur et à mesure, j’ai vu grandir le web j’avais en tête de travailler dedans, ça c’était sûr, mais je ne savais pas encore quoi. J’ai cherché une formation qui pouvait m’ouvrir des portes. » Il opte pour un DUT GEA (Gestion des entreprises et des administrations). C’est durant la 2e année de spécialisation, qu’il découvre au détour d’un stage dans une radio, la communication web.

Métier

Il poursuit ensuite ses études en licence e-commerce à l’IUT de Roubaix puis en master à l’IMMD (Institut du marketing et du management de la distribution) où il intègre le groupe médias Oxygem, en alternance, aujourd’hui racheté par le groupe M6. « Je suis responsable d’un site internet de cuisine que j’avais moi-même lancé. Suite à une restructuration, je suis aujourd’hui responsable des sites internet de M6 au Brésil, tout ce qui est lancé au Brésil doit passer par moi. »

Conseils

« Il y a deux aspects super importants pour travailler dans le secteur du e-commerce, d’abord la veille, si tu n’es pas à jour tu te fais manger par la concurrence ; puis le réseautage, tu ne fais rien sans un réseau dans le web. Tous les partenaires se connaissent, c’est vraiment un gros réseau. »

 

En chiffres

• Derrière l’Ile-de-France, le Nord  Pas de Calais  – Picardie est la deuxième région de France concernant l’implantation de sièges sociaux.
• On comptabilisait en France en 2015, un peu plus de 164 000 sites marchands actifs
• En janvier 2014, 4,6 millions de Français avaient déjà acheté depuis de leur mobile.

 

Plus d’infos . . . . . . . . . . .

www.picom.fr
www.norddefrance.cci.fr
www.distrijob.fr
www.fevad.com


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires

Vos commentaires