Traducteur littéraire

Domaine d'activité : Langues
Centre d'interêt :  
Etre en contact avec les autres
La fonction

Le métier de traducteur littéraire :

Le traducteur littéraire a pour mission la traduction des oeuvres d’auteurs étrangers dans sa langue natale : romans, nouvelles, pièces de théâtre, essais… Ce n’est pas tant sa compréhension d’une langue étrangère que l’on recherche, même s’il se doit de la maîtriser parfaitement, mais sa capacité à transmettre le texte et ses subtilités en français. Le traducteur littéraire dispose donc d’une très bonne plume, afin de pouvoir faire passer le ton, l’humour ou les jeux de mots de l’auteur. Il est souvent spécialisé sur un type de littérature, voire un auteur en particulier. Le traducteur littéraire travaille pour les maisons d’édition, mais n’est pas salarié : le plus souvent en indépendant, il doit décrocher ses différents contrats. Très autonome, le traducteur littéraire est capable de travailler seul de longues heures, de gérer et planifier ses différentes missions.

La formation

Comment devenir traducteur littéraire ?

Les universités de Valenciennes, Artois, Littoral, Picardie Jules Verne, Lille 3 et La Catho proposent des masters spécialisés en traduction littéraire. Mais la formation pour devenir traducteur littéraire peut aussi passer par un cursus en langues littératures et civilisations étrangères (LLCE), en licence puis en master. Les études sont ponctuées de séjours d’études à l’étranger, pour parfaire la connaissance et la maitrise de langues étrangères. Les qualités requises pour devenir traducteur littéraire sont la maîtrise parfaite d’une langue étrangère et de grandes qualités littéraires.

La remunération

Quel salaire pour un traducteur littéraires ?

Les traducteurs littéraires sont rémunérés en droits d’auteur, à chaque mission. Ils sont payés au feuillet, en sachant qu’un feuillet correspond environ à 1500 signes. Le prix appliqué au feuillet varie en fonction de l’expérience, de la maison d’édition, de la langue et de l’auteur à traduire. Les tarifs peuvent varier entre 16 et 50 euros brut. Il doit donc savoir négocier habilement ses contrats pour ne pas être lésé.

Les conseils

Quelles qualités pour devenir traducteur littéraire ?

Le traducteur littéraire doit disposer d’une grande culture générale, souvent acquise lors de sa formation universitaire, et complétée par de nombreuses lectures en français mais aussi en langue étrangère. Il doit par ailleurs se faire une place dans le cercle fermé du milieu de l’édition : le réseau est donc très important. Il faut le développer le plus tôt possible, grâce à des stages notamment. Le «parrainage» par un autre traducteur est en effet un moyen privilégié de se faire une place dans le milieu.

A voir également