Imprimeur

Domaine d'activité : Architecture, arts appliqués, arts plastiques et arts du spectacle
Centre d'interêt :  
Fabriquer / Réparer les objets
Concevoir ou améliorer des choses
La fonction

C’est de chez l’imprimeur que sortent livres, journaux et cartes de visite, affiches ou publicités, selon des techniques d’impression différentes : offset, flexographie, héliogravure… Le métier d’imprimeur consiste à mettre en route, effectuer les réglages et conduire une machine d’impression. Le professionnel cale les plaques ou les cylindres, procède à l’encrage, approvisionnement de la machine en papier… Pendant l’impression, il vérifie la qualité et la conformité du travail par rapport à la commande du client. Enfin, il assure le nettoyage et l’entretien de la machine. Certaines machines comme les rotatives nécessitent plusieurs conducteurs. L’imprimeur peut donc être amené à coordonner le travail d’une équipe.

La formation

La formation peut se faire par apprentissage dans une entreprise du secteur de l’imprimerie et des industries graphiques avec une formation complémentaire dans un centre de formation d’apprentis. Il est nécessaire d’entrer en formation après la classe de troisième, avec des bases solides afin de mieux appréhender, en cours de carrière, les techniques actuelles et leurs évolutions. Les principaux diplômes sont les suivants : BEP Communication et Industries graphiques, Bac Pro Production Imprimée et enfin le BTS Communication et Industries Graphiques qui sont tous préparés au Lycée Baggio de Lille.

La remunération

Le jeune diplômé ne commence pas immédiatement à gérer une équipe sur une machine complexe. Il débute comme margeur ou conducteur de presse.
Les salaires varient selon l’entreprise ou la région, mais restent relativement élevés. Les salaires de base varient entre 1150 et 1370 euros, mais peuvent grimper jusqu’à 1900 euros, voir plus, pour les conducteurs de machines rotatives, notamment la nuit.

Les conseils

La profession exige du soin, de la minutie et une grande rigueur. Il faut agir vite et bien, car le respect des délais est impératif. Une perception correcte des couleurs est indispensable, notamment pour les contrôles qualité. Un sens certain de l’esthétique est préférable, en particulier pour conseiller les clients.
L’avenir appartient aux professionnels hautement qualifiés qui maîtrisent les techniques en maintenance, informatique, commercial et qui répondent aux exigences nées des évolutions technologiques récentes.
Il existe certaines contre-indications à l’exercice de ce métier : les allergies aux produits chimiques et des difficultés liées à la station debout.

A voir également