Hydrobiologiste

Domaine d'activité : Environnement
Centre d'interêt :  
Etudier les choses ou les évènements
La fonction

L’hydrobiologiste réalise des études sur l’état biologique des milieux aquatiques. Il travaille pour un organisme de recherche comme le CNRS, un établissement public (Agence de l’eau) ou pour les collectivités territoriales. Il est consulté en cas de problèmes, comme un développement anormal d’algues dans une rivière. Il recense les pollutions, par des prélèvements sur le terrain et des analyses en laboratoire. Il synthétise ses résultats et propose des solutions pour améliorer la qualité de l’eau. Il participe ensuite au suivi de son programme (aménagement d’une station d’épuration, modification des pratiques agricoles…) Il intervient aussi pour prévoir les répercussions possibles de certains projets (implantation d’une centrale nucléaire, d’une autoroute…) sur la faune et la flore aquatiques.

La formation

Les recrutements se font sur concours, selon les employeurs. Le niveau bac+5, est généralement requis pour s’y présenter. Un master pro sciences et technologies spécialisé en traitement et qualité des eaux est proposé à Lille 1 et à l’Université de Picardie. L’école Polytech’Lille propose aussi un mastère spécialisé en génie de l’eau, qui forme notammentaux législations et réglementations, aux aménagements durables et aux impacts des activités humaines sur les milieux humides.

La remunération

Le salaire moyen d’un débutant hydrobiologiste avoisine les 1 800 euros bruts par mois. Il évolue ensuite en fonction de son expérience, de l’employeur et des missions sur lesquelles il travaille. Les hydrobiologistes travaillant pour un établissement comme le CNRS gagnent généralement plus que ceux travaillant pour les collectivités territoriales.

Les conseils

Les compétences à développer pour être hydrobiologiste sont multiples : Il faut, par exemple, être capable de vulgariser ses résultats afin de les rendre compréhensibles par les décideurs. Il doit également être un fin négociateur et savoir convaincre en développant des arguments à la fois techniques, juridiques, écologiques et économiques. Les déplacements sont également fréquents.

A voir également