Commissaire aux comptes

Domaine d'activité : Comptabilité, finance, banque­assurances
Centre d'interêt :  
Manipuler des chiffres
Etre en contact avec les autres
Prendre des initiatives
Gérer les imprévus
Convaincre vos interlocuteurs
La fonction

Indépendant, le commissaire aux comptes (CAC) est chargé de certifier les comptes des entreprises de plus de 50 salariés, des sociétés anonymes et sociétés par actions. Son rôle est de vérifier que les comptes publiés par les sociétés correspondent bien à la réalité. Le CAC effectue ses missions au sein des entreprises qu’il contrôle. À la fin d’une mission, il rédige un rapport dans lequel il émet l’une de ces trois conclusions : certification sans réserve, certification avec réserve, refus de certification. Exerçant sous les règles du Code du commerce, il a l’obligation de signaler au Conseil d’Administration toute irrégularité constatée, sous peine de sanctions pénales. En cas de faits délictueux, il est chargé de saisir le procureur de la République.

La formation

La voie d’accès la plus courante est celle du diplôme d’expertise comptable (DEC). En effet, la majorité des CAC sont également experts-comptables (bien qu’il leur soit interdit d’exercer les deux fonctions dans une même société, par souci d’indépendance). L’étudiant doit pour cela valider un Diplôme de Comptabilité Gestion (DCG, niveau licence) puis un Diplôme Supérieur de Comptabilité Gestion (DSCG, niveau master). Ces diplômes peuvent être préparés en IUT, en université ou en grande école. À savoir : les masters ayant la mention ou spécialité « Comptabilité Contrôle Audit » (CCA) délivrent la majorité des composantes des DCG et DSCG. Après l’obtention du DEC et un stage de deux ans auprès d’un CAC, le jeune diplômé doit s’affilier à la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes.

La remunération

Fixé par décret, le salaire du CAC est variable en fonction des missions qu’il réalise. Un commissaire débutant (junior) peut toucher 2 500 à 3 500 euros nets par mois.

Les conseils

Le métier de commissaire aux comptes requiert un lot important de compétences. Maîtrise des règles comptables, des règles juridiques, de l’Anglais des affaires, de logiciels informatiques (tableurs, logiciels comptables)… autant de qualifications qui justifient la formation longue du CAC. Ses fonctions lui confèrent par ailleurs de grandes responsabilités. C’est pourquoi le CAC doit être rigoureux, efficace en situation de stress et armé de grandes capacités d’analyse, de synthèse.

A voir également

Commissaire-aux-comptes

Commissaire-aux-comptes