Cadreur

Domaine d'activité : Audiovisuel et multimédia
La fonction

Toujours accompagné de son casque et de sa caméra, le cadreur (ou cameraman) capture des images qui seront utilisées pour un reportage, un film, une vidéo promotionnelle, etc. En fonction de son domaine d’activité (fiction, télévision ou société de production audiovisuelle…), il peut exercer son métier en binôme avec un réalisateur, un ingénieur du son, un journaliste ou des acteurs. Quel que soit son domaine, un bon cadreur a généralement une sensibilité artistique, un goût pour le cinéma, une capacité d’écoute et un bon relationnel : si la personne qu’il filme n’est pas à l’aise, il doit pouvoir la mettre en confiance. Le rôle du cameraman consiste à enregistrer des images de la meilleure qualité possible. Pour les obtenir, il doit être capable en toutes circonstances de mettre en pratique les règles de composition photographique qu’il a apprises lors de sa formation. Cela va de l’exploitation de la lumière à la maîtrise des perspectives en passant par les lignes de forces. À noter que les missions du cadreur se limitent rarement aux prises de vues. Dans les faits, une grande partie d’entre eux est aussi assignée au montage de rushes (les prises de vues avant traitement), d’où la nécessité d’avoir une bonne connaissance des logiciels de post-production (Adobe Premiere, Final Cut Pro…).

La formation

De bac+2 à bac+5, les cursus pour devenir cadreur ne manquent pas. Côté filières courtes, le lycée Jean Rostand délivre un BTS métiers de l’audiovisuel option Métiers de l’image qui permet d’accéder à ce métier. D’autres formations universitaires existent aussi, à l’image de la Licence professionnelle (LP) techniques et activités de l’image et du son, spécialité technologies numériques de l’Université d’Artois, ou la LP journaliste rédacteur d’image et de sons de l’Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes (ISTV). Niveau bac+5, des cursus de recherche ou professionnels sont accessibles. L’ISTV propose par exemple un Master ingénierie des systèmes images et sons mention sciences de l’information audiovisuelle et médias numériques. Pour plus d’informations, renseignez-vous auprès des universités. Dans le domaine, les établissements de référence sont la FEMIS et l’école Louis Lumière. Situées à Paris, ces deux écoles de prestige constituent la voie royale pour une bonne insertion professionnelle. Attention : la sélection à l’entrée est extrêmement rude, avec des taux de réussite aux concours ne dépassant pas les 5%…

La remunération

En fonction de son domaine d’activité, la rémunération du cadreur peut varier. Le minimum salarial d’un cadreur de fiction débutant est fixé à 1.500 euros bruts hebdomadaires tandis que pour leurs confrères la moyenne est plutôt de 1.100 euros bruts hebdomadaires.

À savoir : une majorité de professionnels bénéficie du statut d’intermittent du spectacle.

Les conseils

Tenter de réaliser des films amateurs peut être un excellent exercice.

Que ces vidéos aient un scénario ou non importe peu. L’essentiel est de se familiariser avec l’utilisation d’une caméra et de se confronter aux problématiques d’un tournage : il arrive par exemple qu’un cadreur soit forcé de porter son matériel durant de longues heures, dans des positions pas forcément confortables. La condition physique n’est donc pas à négliger dans le métier.

Enfin, si le milieu du cinéma fait rêver plus d’un cadreur en herbe, il est aussi celui dans lequel les embauches sont les moins nombreuses.

Aujourd’hui, ce sont les agences de production audiovisuelles qui proposent le plus d’offres d’emploi.

A voir également