Automaticien

Domaine d'activité : Génie mécanique
Centre d'interêt :  
Fabriquer / Réparer les objets
Concevoir ou améliorer des choses
La fonction

Le technicien en automatisme connaît sur le bout des doigts les machines-outils, robots et autres automates présents dans les usines. Son rôle consiste en la réalisation de systèmes permettant aux machines de fonctionner. Il conçoit, installe, entretient et répare. A partir des demandes d’un client (regroupées dans un cahier des charges), il met au point des programmes informatiques permettant la réalisation de tâches spécifiques par un robot. Il peut également travailler dans la maintenance et effectuer des dépannages. Ses secteurs d’activités sont très larges, allant de la sidérurgie à l’agroalimentaire, en passant par le textile ou la chimie. Un automaticien est amené à de fréquents déplacements, surtout lors des installations de processus au sein des usines. Les chefs de projets automaticiens jouent, quant à eux, les intermédiaires entre les équipes de travail, le client, la direction, les fournisseurs ou les sous-traitants (cf. vidéo).

La formation

Automaticien – vidéo – :

Le technicien en automatisme connaît sur le bout des doigts les machines-outils, robots et autres automates présents dans les usines. Son rôle consiste en la réalisation de systèmes permettant aux machines de fonctionner. Il conçoit, installe, entretient et répare. A partir des demandes d’un client (regroupées dans un cahier des charges), il met au point des programmes informatiques permettant la réalisation de tâches spécifiques par un robot. Il peut également travailler dans la maintenance et effectuer des dépannages. Ses secteurs d’activités sont très larges, allant de la sidérurgie à l’agroalimentaire, en passant par le textile ou la chimie. Un automaticien est amené à de fréquents déplacements, surtout lors des installations de processus au sein des usines. Les chefs de projets automaticiens jouent, quant à eux, les intermédiaires entre les équipes de travail, le client, la direction, les fournisseurs ou les sous-traitants (cf. vidéo). Le bac pro maintenance des équipements industriels constitue une première porte d’entrée à cette profession, même si de plus en plus d’entreprises recrutent à partir de bac+2. Le BTS maintenance industrielle, le BTS électrotechnique, le BTS systèmes électroniques, le BTS contrôle industriel et régulation automatique ou le DUT génie électrique et informatique industrielle sont donc préférables.

Les vidéos

[youtube 0EgKpzOFWgA]

A voir également