Archéologue

Domaine d'activité : Sociologie et ethnologie
Centre d'interêt :  
Avoir des activités à l'extérieur
Etudier les choses ou les évènements
La fonction

Passionné d’histoire, l’archéologue reconstitue le mode de vie des civilisations. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas souvent sur le terrain. Tel Indiana Jones, il est professeur ou conservateur de musée et exerce l’archéologie en complément. Il travaille pour des organismes publics comme les musées, les universités… Présent lors des fouilles comme un chef de chantier, il encadre le travail de l’équipe, définit les programmes et gère le quotidien. Une fois les fouilles terminées, il travaille au sein d’un laboratoire, exploite les résultats et les diffuse au public par le biais de publications ou de conférences..

La formation

Passer par l’université est la voie royale pour devenir archéologue. Mais attention, les études sont longues ! Préparez-vous à environ huit années pour devenir un spécialiste (le must étant d’obtenir un doctorat). Après une licence histoire de l’art et archéologie ou sciences humaines et sociales mention archéologie à Lille3 ou à l’Université d’Artois, il faudra choisir, lors de votre passage en master, un domaine, une région ou une période de l’archéologie dans lequel vous souhaitez vous spécialiser. Autre possibilité : l’Institut National du Patrimoine (INP, à Paris) forme les conservateurs du patrimoine, et propose une option archéologie. L’accès se fait sur concours après un bac+3, pour une formation de 18 mois.

La remunération

Elle est assez variable, mais relativement faible. Le salaire brut d’un archéologue débutant en CDD dépasse rarement les 2 000 euros brut. Il faudra réellement compter sur le poste que vous occupez initialement, en tant que professeur ou conservateur, car il représentera votre principal salaire.

Les conseils

C’est un métier passionnant, mais les places sont rares. Seuls les vrais passionnés auront la chance d’y accéder. Menant des taches variées, l’archéologue doit faire preuve d’un savoir-faire multiple : une grande culture générale, des capacités d’organisation, le sens du relationnel, avoir une maîtrise parfaite de la langue française et des facilités pour l’apprentissage de langues anciennes et étrangères… L’apprentissage en tant que bénévole sur les chantiers de fouilles pendant l’été est un bon moyen d’acquérir de l’expérience et savoir si l’on est fait pour ça.

A voir également