Comment devenir Graphiste ? Quelles études ? Quelles écoles ?

metiergraphiste - comment devenir graphiste ?

Comment devenir graphiste ? Voilà une question que se posent de nombreux jeunes attirés par le monde de la création. Si le métier est attirant, il nécessite néanmoins de grosses connaissances techniques et informatiques et une réelle sensibilité artistique. Si les études pour devenir graphiste peuvent sembler à première vue assez ludiques, elles sont avant tout exigeantes et demande beaucoup d’organisation !

Le métier de Graphiste :

Le web, la pub, ou la presse, le graphisme est partout ! Le graphiste est chargé de donner une identité visuelle à un produit (emballages, affiches, brochures, magazine, site web etc.) avec pour objectif de faire passer une information de manière lisible, efficace et esthétique. Expert des logiciels de PAO (Publication Assistée par Ordinateur) comme Photoshop, Indesign ou illustrator, il transpose une idée en image. Il développe une charte graphique qu’il décline ensuite sur différents supports. Le graphiste doit s’attendre à travailler dans l’urgence car les délais sont souvent très serrés. Il doit être rigoureux, organisé, créatif, curieux, bon en orthographe, à l’aise avec l’outil informatique et rester en veille technologique constante car les logiciels, les tendances et les supports de communication évoluent constamment. Il travaille en collaboration avec un chef de projet, et selon les produits, avec des développeurs web, des journalistes, des chargés de com’… Le graphiste doit enfin posséder de bonnes qualités relationnelles !

Quelles études et quelles écoles pour devenir graphiste ?

Voici une liste non-exhaustive des écoles de graphisme de la région Hauts-de-France permettant de devenir graphiste :

3 axes Institut Tourcoing
e-artsup
Esaat Roubaix
ECV Lille
ESAD Valenciennes
ESDM Roubaix
ISD Rubika
MJM Graphic Design Lille

Voici un petit tour d’horizon des études pour devenir graphiste ( région Hauts-de-France). Elles sont classées par niveau.

Bac professionnel :

Bac pro Communication Visuelle Plurimédias : Centre de formation Don Bosco à Bailleul (59)

BTS :

BTS Design Graphique : Centre de formation Don Bosco à Bailleul (59)
BTS Design Graphique : Centre de formation Alesia à Lille (59)
BTS Design Graphique : lycée Saint Vincent de Paul à Loos (59)
BTS Design Graphique option communication et médias imprimés : ESUPCOM à Lille (59)
BTS communication et industrie graphique : Lycée Baggio de Lille (59)

Bachelor :

Bachelor Design Graphique : EFFICOM Lille – Esupcom  Lille 

Interview d’Emeric Thérond, graphiste, formateur à l’EMI-CFD Paris et intervenant à l’ESJ Lille

EmericTherondgraphiste

Peux-tu raconter ton parcours pour devenir graphiste ? 

« Après un baccalauréat en sciences économiques et sociales, j’ai opté pour un cursus de photographie en trois ans à l’école Icart-Photo (Paris). Dès 1999, j’ai commencé mon activité en freelance, alternant piges pour la presse sportive, photographies de scènes et petits boulots (laborantin, vendeur de matériel…). En 2006, j’ai changé de voie et fait une formation de graphiste bimédia à l’École des Métiers de l’Information (EMI-CFD).

Diplômé, j’ai tout de suite décroché des piges de rédacteur-graphiste dans différentes rédactions, jusqu’à ce que l’une d’entre elles me propose un poste. J’y suis resté quelques années puis, en 2014, afin d’évoluer et de varier les projets, je me suis installé comme graphiste indépendant. Aujourd’hui je partage mon temps entre commandes de clients et formations auprès de l’EMI-CFD Paris et de l’ESJ Lille. »

Pourquoi as-tu voulu devenir graphiste ? Quelles ont été tes motivations ?

« Depuis toujours, mes loisirs et mes premiers pas professionnels ont été guidés par l’attrait pour la dimension créative : la musique, le dessin, la vidéo puis la photographie. Photographe, je collaborais régulièrement avec des graphistes et, après m’être formé aux logiciels de la PAO, j’essayais dans mon coin de travailler la mise en page de mon book ou celle d’un livre sorti avec des potes de promo d’Icart-Photo. J’ai donc voulu creuser cette option. Enfin, je souhaitais rester dans le milieu de la presse qui m’attirait plus particulièrement. »

Quels sont les prérequis nécessaires afin de se lancer dans le métier de graphiste ? 

« Être curieux ! Certains graphistes développent des compétences précises, comme l’illustration le plus souvent, mais le métier consiste surtout à savoir jongler avec le travail de nombreux collaborateurs. Savoir communiquer avec des métiers différents : journalistes, illustrateurs, photographes, éditeurs et tant d’autres. La curiosité pour ces métiers aide à la fois à comprendre leurs attentes mais aussi à affirmer sa légitimité, à montrer qu’on peut prendre soin de leur travail. Ensuite, le métier est souvent scindé en deux parties, celle des graphistes dits « créatifs » et celle des « exécutants ». Il y a de la place pour tous, seuls les envies et les caractères peuvent différer : vouloir trouver des solutions à des commandes de clients ou privilégier la maîtrise des techniques et des logiciels informatiques au sein d’une équipe. »

Quels conseils peux-tu donner aux étudiants qui souhaitent devenir graphiste ? 

« Suivre une formation, afin d’acquérir les bases qui serviront quel que soit leur domaine ou leur support de travail. D’être surtout curieux des autres et de rester attentif aux nouveautés. Ne pas croire qu’être « digital native » est un avantage et un acquis : le temps d’arriver à maturité professionnelle, d’autres tendances et d’autres générations seront là à leur tour. Graphiste c’est un métier de passionné ! On nous explique souvent aujourd’hui que les plus jeunes rêvent de devenir travailleurs indépendants ; c’est dur, cela demande des efforts, ça implique des tâches administratives notamment, cela peut passer par une activité parallèle, alimentaire, alors autant savoir pourquoi on se lève le matin et en avoir vraiment envie. Et enfin, d’avoir quelque chose à dire, de s’investir dans un domaine qui les intéresse vraiment et de jongler, tester et s’amuser avec les différentes possibilités qui leur seront offertes. »

Le logo de la région, créé par une graphiste étudiante

Logo Region HDF Graphiste

Le nouveau logo de la région Hauts-de-France a été créé par une étudiante de l’École Supérieure d’Art et de Design d’Amiens (ESAD). C’est un exemple concret de la mission du graphiste. La forme et les lignes ne sont pas choisies au hasard. La créatrice du logo avait alors expliqué à France 3 avoir choisi ce logotype car il mettait en lumière la position géographique des Hauts-de-France. La pointe du cœur en dessine le territoire. Et la ligne entrelacée évoque le lien affectif qui unit les habitants de la région.


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires

Vos commentaires

  1. Bastien
    Le 23/05/2017

    Bonjour,
    Actuellement en première S, je souhaite devenir graphiste. Est-il possible d’intégrer une école d’arts ou un BTS avec un bac S ?
    Merci.



    • Khadija-La-Voix-LEtudiant
      Le 23/05/2017

      Bonjour,
      Vous pouvez tenter le concours de certaines écoles d’arts directement après le bac. L’admission en première année de l’une des 4 écoles supérieures d’arts (École supérieure d’art Dunkerque-Tourcoing, École supérieure d’art et de design Valenciennes, École supérieure d’art Cambrai, École supérieure d’art et de design d’Amiens-Métropole ) se fait sur concours : il est généralement programmé en mai (inscription sur admission-Post-bac) le concours comporte quatre épreuves :
      > une épreuve écrite de culture générale
      > une épreuve écrite de langue (anglais)
      > une épreuve de pratique plastique
      > un entretien avec un jury d’admission, avec la présentation d’un dossier de travaux personnels.

      Les titulaires d’un bac général (hors bac STD2A) doivent en revanche suivre une année de MANAA (mise à niveau en arts appliqués) avant d’intégrer un BTS (brevet de technicien supérieur) ou un DMA (diplôme des métiers d’art). L’objectif est de donner, à raison d’une trentaine d’heures par semaine, les bases communes aux métiers de la création artistique. Au programme : des enseignements généraux (maths, physique, langues…), artistiques (l’expression plastique ou l’histoire de l’art…). Sur les trente-trois heures de cours hebdomadaires se rajoutent des travaux personnels. Attention, le rythme scolaire est intensif et l’entrée très sélective!



  2. Benjamin
    Le 20/04/2017

    Interview particulièrement intéressante, intelligente et inspirante !