Rencontre avec Jean-Marc PUJO Président du Jury des Pépites de l’Alternance 2019

IMG_2307

Jean-Marc PUJO, Directeur du site Bayer CropScience à Marle-sur-Serre et Président du Jury les Pépites de l’Alternance.

Quelle place occupe l’alternance dans l’entreprise Bayer ?
Le modèle de l’alternance fait partie intégrante de notre management. Sur les 200 employés que compte notre site de Marle, 20 à 25 sont en contrat de professionnalisation. Nous investissons beaucoup dans la filière alternance, le plus souvent sur les bacs professionnels production et logistique mais aussi sur les niveaux d’éducation plus élevés comme le DUT chimie, le master QHSE (Qualité, hygiène, sécurité, environnement, ndlr) ou le master RH, nous utilisons ce dispositif pour tous les métiers de l’entreprise.

Vous êtes un fervent partisan de l’alternance, pourquoi ?
D’abord parce que c’est le meilleur moyen que nous avons trouvé pour identifier des compétences et pour fidéliser nos collaborateurs. Nos métiers évoluent, il faut donc anticiper les besoins et l’une des façons de nous préparer c’est de faire appel à l’alternance. J’insiste sur le contexte de notre site, nous sommes à Marle au cœur de la Thiérache, dans un milieu rural économiquement compliqué et éloigné des centres urbains et des centres universitaires. Nous sommes à l’écart des filières classiques de recrutement, par conséquent, le meilleur moyen d’attirer et de fidéliser des compétences, c’est de faire appel au vivier local.

Comment recrutez-vous vos futurs alternants ?
Une de nos caractéristiques, c’est la saisonnalité de notre activité. Elle est calquée sur la saison agricole puisque nos produits sont utilisés par les agriculteurs du printemps à l’été. Pour pallier aux besoins, nous recrutons jusqu’à une centaine de saisonniers fidèles. Parmi eux, de nombreux jeunes, lorsque nous identifions des talents, nous leur proposons une alternance avec à la clé une formation qualifiante. Il est important d’avoir accès à ces jeunes qui seront nos futurs collaborateurs. Il ne faut pas oublier que la première force d’une entreprise, ce sont ses femmes et ses hommes.

Pourquoi avez-vous participé aux Pépites de l’Alternance l’an dernier?
Les Pépites sont l’occasion de promouvoir l’alternance. C’était important pour nous d’y participer car nous croyons beaucoup en ce modèle. C’est un cercle vertueux que l’on voudrait essaimer et partager avec d’autres entreprises. Il s’agit d’une démarche gagnant-gagnant pour le futur salarié comme pour l’entreprise.

L’année 2018-2019 a été désignée par le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, année de la chimie, comment y participez-vous ?
Nous avons récemment accueilli 120 lycéens de la région et des étudiants de l’ESCOM Chimie de Compiègne lors de journées portes ouvertes. J’ai mobilisé les cadres clés du site, un chercheur du groupe et un intervenant de France-Chimie, afin de présenter les métiers d’une entreprise de chimie aujourd’hui. Nous vivons notre activité professionnelle avec beaucoup de passion, mon équipe est très engagée et nous avions envie de partager notre enthousiasme avec des jeunes qui peuvent hésiter à s’engager dans le secteur. Notre objectif est d’essayer de les inspirer et de leur donner envie de venir nous rejoindre. C’est très important d’éveiller ces jeunes à l’intérêt de nos métiers car ce sont eux que l’on recrutera demain.

Rendez-vous le jeudi 8 novembre 2018 sur le Salon de l’Apprentissage et de l’Alternance de Beauvais pour le lancement de l’édition 2019 des Pépites de l’alternance. Plus d’infos : pepites-alternance.com – Pourquoi s’inscrire aux Pépites?

Capture d’écran 2018-10-29 à 10.49.33

Remise des Pépites 2018


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires