L’IG2I habilitée pour l’apprentissage

IG2 LensDepuis plus de 20 ans, l’Institut de Génie Informatique et Industriel (IG2I), département de Centrale Lille, forme, à Lens, des ingénieurs en génie informatique, industriel et électronique. Une formation adoubée par la commission du titre d’ingénieur (CTI), le graal dans le domaine des grandes écoles d’ingénieurs, nombreuses, souvent onéreuses, mais pas toutes équivalentes. Désormais, l’Institut pourra former certains de ses jeunes, dont 70% viennent du Nord-Pas de Calais, en apprentissage : une partie du temps à l’école, l’autre en entreprise. Ce mode de formation a le vent en poupe, puisqu’il permet, bien souvent, une embauche directe de l’apprenti dans l’entreprise formatrice, ou lui apporte, au moins, une première expérience signifiante, faisant souvent défaut sur le CV des jeunes diplômés.

L’IG2I entretient des liens étroits avec sa grande sœur, Centrale Lille, dont sont issus plus des trois quarts de ses enseignants-chercheurs. Etienne Craye, directeur de Centrale Lille, nous confirme l’ouverture de la voie de l’apprentissage à la rentrée prochaine, reconnue par la fameuse CTI, bientôt par le Conseil Régional, « nous devrions avoir l’accord lors de la séance plénière de mars ». La sélection est d’ores et déjà engagée. L’objectif : une demie section, 13 apprentis, en septembre 2013, pour une montée en puissance, jusqu’à 26 voire 52 jeunes. Les intéressés peuvent déjà retirer un dossier, et, s’ils sont retenus, « pourront effectuer une première période en entreprise en juillet-août, puis l’alternance sera d’un mois en entreprise, un mois à l’école », détaille Thierry Fricheteau, directeur de l’IG2I. La cible ? « Nous recrutons des titulaires d’un DUT ou BTS  informatique. Des élèves de classes prépas ATS également. » Thierry Fricheteau n’est pas inquiet, les futurs étudiants devraient facilement trouver des contrats d’apprentissage : « les grands donneurs d’ordre de la métropole lilloise, les grandes assurances et sociétés d’informatique de la région, quelques administrations et agglomérations (nous sommes basés à Lens) ont montré un vif intérêt, nous avons un vivier d’entreprises… Nous serons les seuls au niveau du Pas-de-Calais à proposer une formation d’ingénieur en apprentissage. »

Plusieurs constats ont présidé au lancement de cette filière apprentissage, en 3 ans. En aval, une demande, forte, palpable, du monde économique : « les entreprises d’information, d’informatique et de télécommunication rencontrent beaucoup de difficultés à recruter des ingénieurs », constate Etienne Craye. En amont, les futurs étudiants s’avèrent également très attirés par ce type de formation : « dans le Nord-Pas de Calais, les jeunes se sécurisent avec un premier diplôme, BTS ou DUT, en 2 ans. Venez chez nous pour votre poursuite d’études ! De plus, les apprentis touchent un salaire, cela leur permet de subventionner ces études. L’IG2I compte 40% de boursiers : nous atteignons un public qui n’avait pas forcément les moyens d’intégrer une école d’ingénieur ! » Un critère de satisfaction pour le directeur de Centrale, qui conclut : « pour nous, l’apprentissage est un magnifique outil pour former les jeunes, de façon adaptée, en grande relation avec l’entreprise, une voie royale d’insertion ! »

Voir aussi

L’alternance

S. Morelli


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires