Études de médecine : vers la fin du numerus clausus et du concours de fin de première année ?

Ce mercredi matin, France Info révèle que le gouvernement souhaite mettre fin au numerus clausus et au concours de fin de première année. Pour le remplacer, deux nouvelles options sont à l’étude.

PACES medecine fin redoublement lille

Le stress des résultats du concours de fin de première année, bientôt du passé ?

Une révolution va-t-elle s’enclencher dans les facs de médecine ? Le gouvernement envisage de supprimer le numerus clausus et le concours de fin de première année, d’après les révélations de France Info, qui ne donne pas de date de mise en œuvre. Le numerus clausus est le nombre d’étudiants qu’une fac de médecine peut accepter en deuxième année. Il est fixé chaque année, pour chaque établissement, par les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur. Il a été mis en place en 1971.

Des partiels à la place du concours

À la fin de la première année, un concours très sélectif limite le nombre d’étudiants. Il serait donc supprimé. À la place, les étudiants passeraient des partiels pour accéder en deuxième année. Un nouveau système moins sélectif. Dès lors, faut-il s’attendre à un durcissement des critères sur Parcoursup ?

Des passerelles pour les élèves recalés ?

Deux scénarios sont ensuite envisagés par le gouvernement. Dans le premier, les universités fixeraient elles-mêmes le nombre de médecins qu’elles souhaiteraient former. Dans le second, une sélection serait opérée en fin de troisième année, peut-être sous forme de concours.

Quid des élèves recalés ? Ils pourraient bifurquer vers des passerelles. Ils pourraient alors s’orienter vers d’autres débouchés dans les métiers de la santé.

Lire aussi :


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires