Procédure complémentaire APB : où en est-on dans la région ?

Ils étaient plus de 65 000 bacheliers sans acceptation lors de la troisième phase d’admission d’APB, à la mi-juillet. Aujourd’hui, ils sont encore 6 000 en attente d’affectation en France… Une situation difficile qu’impose la procédure d’admission complémentaire APB alors que chaque académie tente tant bien que mal d’accompagner ces refusés.

Procédure complémentaire APB

À Lille, 600 candidats dans l’attente

Depuis le 27 juin et jusqu’au 30 septembre, la procédure complémentaire APB permet à tous les bacheliers dont les vœux ont été refusés de trouver une autre affectation, le tout dans la logique de leur orientation. Jusqu’au 25 septembre au plus tard, les jeunes diplômés saisissent sur leur profil APB leurs vœux complémentaires dans l’espoir, cette fois-ci, d’obtenir une issue favorable à leur demande.

Dans l’académie de Lille, ils sont encore 600 à suivre cette phase complémentaire. Parmi eux, aucun bachelier général, mais 175 bacheliers technologiques et 424 bacheliers professionnels. 10% des candidats inscrits à cette phase complémentaire en France dépendent ainsi de l’académie de Lille.

Au service de ces refusés, un bon nombre de conseillers d’orientation ont été mobilisés pour leur permettre de trouver de nouveaux vœux, tout en essayant de rester dans la logique de leur orientation. Une procédure complexe qui fera sans doute une nouvelle fois des déçus…

Des formations surbookées

Si les filières sélectives comme les classes préparatoires, les BTS ou encore certaines écoles sont les premières formations à être complètes, le tirage au sort auquel ont recourt de plus en plus de filières universitaires (staps, droit, psycho) témoigne d’un surbooking et d’un nombre de places inadapté aux demandes.

Il faut trouver une solution pour les prochaines procédures APB

Cette année à Lille, la filière STAPS fait encore parler d’elle : un nombre trop élevé de demandes entraîne forcément une quantité considérable de refus. Et concernant la méthode du tirage au sort bien souvent décriée par les candidats, Luc Johann, recteur de l’académie de Lille, n’est pas fermé à l’idée d’une alternative : « Il y a une équation à résoudre : d’un côté il y a trop de demandes en STAPS, de l’autre le tirage au sort est un processus injuste… Il faut trouver une solution pour les prochaines procédures APB. »

Les écoles privées : les grandes gagnantes

Si certains bacheliers ont préféré faire une année de césure en partant à l’étranger ou en trouvant un travail temporaire, d’autres préfèrent candidater auprès d’écoles privées plutôt que de tenter la procédure complémentaire APB.

Sur les réseaux sociaux, et particulièrement twitter, le hashtag #APB2017 laisse apparaître des publicités et appels d’écoles ou de facultés privées assurant « avoir de la place » pour les refusés. Une solution qui ne convient pas à tout le monde, les inscriptions dans le privé étant bien souvent onéreuses.

Si vous êtes concernés par la procédure complémentaire APB et si vous souhaitez savoir quelles formations possèdent encore des places vacantes, rendez-vous à Lille Grand Palais, le mercredi 6 septembre pour le Salon de la rentrée. 


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires

Vos commentaires

  1. Blondel
    Le 01/09/2017

    Vu sur Facebook (on ne sait jamais )
    URGENT : entrée en formation infirmière !!!
    Quelques places viennent de se libérer pour rentrer en formation IDE 1ère année dans notre Institut
    Si vous êtes intéressé, nous contacter par téléphone : 03.60.128.230 ou par mail ifsi.lens@croix-rouge.fr
    rentrée : lundi 4 septembre 2017