La MEL va expérimenter le dispositif « emplois francs »

Dès le mois d’avril, la métropole européenne de Lille va tester le dispositif « emplois francs ». L’objectif est de favoriser l’embauche des demandeurs d’emploi résidant dans les quartiers prioritaires de la Ville. Au total, 26 quartiers sont concernés.

Le président de la MEL, Damien Castelain et le préfet de région Michel Lalande, lors du lancement du dispositif

Le président de la MEL, Damien Castelain et le préfet de région Michel Lalande, lors du lancement du dispositif « emplois francs », mercredi 21 mars, au siège de la métropole européenne de Lille. Crédits Alexandre Traisnel-MEL

La MEL est l’un des sept territoires de France a avoir été choisi pour expérimenter le dispositif « emplois francs ». Tout employeur qui recrutera un demandeur d’emploi résidant dans un quartier prioritaire pourra bénéficier d’une prime à l’embauche. « Nous sommes partis d’un constat simple : il subsiste de nombreuses inégalités dans l’accès à l’emploi », a expliqué Olivier Bavière, responsable de l’unité départementale du Nord-Lille, lors du lancement du dispositif mercredi après-midi, au siège de la MEL. « Le chômage est plus élevé que la moyenne nationale dans les quartiers prioritaires. Un jeune sur deux est sans emploi. On constate également qu’il y a des discriminations à l’embauche », a-t-il ajouté.

Qui est concerné? Pour bénéficier de cette mesure, le demandeur d’emploi doit remplir deux conditions : il doit résider dans l’un des quartiers prioritaires de la Ville et être inscrit à Pôle emploi. Une entreprise peut en bénéficier si elle est issue du secteur marchand (privé) ou associatif. Les collectivités publiques sont exclues du dispositif.

L’employeur ne doit pas avoir licencié le salarié sur le poste à pourvoir au cours des six mois précédant l’embauche. Il doit également avoir payé ses cotisations de Sécurité sociale et d’assurance chômage.  L’entreprise peut en revanche être implantée n’importe où.

Des primes à l’embauche

Le chef d’entreprise qui recrute un demandeur d’emploi issu de l’un des 26 quartiers prioritaires percevra une prime à l’embauche. La mesure souhaite s’inscrire dans la durabilité. L’employeur qui proposera un contrat à durée indéterminée (CDI) pourra bénéficier d’une aide de 15 000 euros (à hauteur de 5 000 euros par an sur trois ans maximum). Pour un contrat à durée déterminée (CDD) de plus de six mois, l’employeur bénéficiera d’une prime de 5 000 euros maximum sur deux ans (à hauteur de 2 500 euros par an).

« Nous nous sommes fixés un objectif de 1 000 emplois francs signés d’ici 2019 », a précisé le préfet de Région, Michel Lalande. La généralisation du dispositif emplois francs est prévue pour 2020.


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires