GreenMinded, les mégots au secours de l’environnement

Des clopinettes pour financer la défense de l’environnement : tel est le pari fou d’Alice Comble et de sa startup GreenMinded.

 

Alice et Marine, Greenminded

Alice, fondatrice de GreenMinded (à gauche) et sa collaboratrice, Solène (à droite).

De l’associatif à la startup

Alice Comble, 25 ans n’est pas du genre frileuse quand il s’agit de se retrousser les manches pour défendre les causes utiles. Fraichement diplômée en télécommunication à l’IMT Lille-Douai, la jeune ingénieure originaire de Marseille, de longue date investie dans le milieu associatif (Alternatiba, L214, Les Poubelles en or…), mobilisait hier encore les lillois pour une campagne de ramassage de mégots à Rihour : « J’ai toujours eu une sensibilité particulière pour l’environnement, la protection des animaux et la gestion des déchets », explique-t-elle. En fondant GreenMinded, elle a choisi de porter ses combats sur un front nouveau : celui de l’entreprise.

« Les fumeurs en ont marre qu’on leur tape dessus. Notre objectif, c’est de changer les habitudes sans être répressif ou moralisateur ».

Incubée à Euratechnologies, sa startup, qui emploie actuellement deux personnes, va bientôt présenter au monde le premier prototype de la Borne to Recycle, un outil destiné à lutter contre la pollution des mégots de cigarettes : « Les mégots sont une catastrophe environnementale qui tuent des millions d’espèces chaque année dans l’océan. Un seul mégot pollue jusqu’à 500 litres d’eau ! », explique Alice. La démarche se veut positive et non culpabilisante : « Les fumeurs en ont marre qu’on leur tape dessus. Notre objectif, c’est de changer les habitudes sans être répressif ou moralisateur ».

Un cendrier connecté

La Borne to Recycle n’est pas qu’un simple cendrier mais un dispositif équipé d’un écran sur lequel s’affiche une question. L’utilisateur peut alors y répondre en glissant son mégot dans l’un ou l’autre des deux trous situés en dessous. « On veut faire à la fois de la collecte de mégots et de la collecte de données », explique Alice. Mais ce n’est pas tout ! « Après avoir téléchargé l’application GreenMinded, l’utilisateur, chaque fois qu’il jette son mégot dans une borne, accumule des points sur une cagnotte virtuelle. Ils sont ensuite crédités selon son désir à une association de protection de l’environnement ou de lutte contre le tabac pour l’aider à se financer ».

Une entreprise sociale et solidaire

Alice ne pouvait imaginer sa startup sur un autre modèle que l’entreprise sociale et solidaire (ESS) : « Je me suis toujours impliquée par le bénévolat. Je pensais que c’était la seule façon de changer les choses à mon échelle. En fait, il est possible de créer de la richesse et de contribuer à la croissance, tout en adoptant un modèle économique respectueux de l’environnement et de l’être humain ». Preuve de la pertinence du projet, GreenMinded a terminé en seconde position du challenge ENACTUS France 2017, consacré à l’entrepreneuriat social. « Il ne reste plus qu’à finaliser le produit, lui trouver un packaging et dénicher les derniers financements », conclue l’entrepreneure.


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires