Les étudiants de l’ESDM Roubaix en ont mis plein la vue

Des étudiants de l’École Supérieure de Merchandising (ESDM) du groupe CEPRECO, CCI Grand Lille, ont emprunté des produits à des commerçants lillois pour faire démonstration de leur savoir-faire en étalage de produit. La vitrine était exposée du 16 au 20 juin dans le Grand Hall du Palais de la Bourse.

IMG_8782 (1)

La Maison Cabane à laquelle Sasha a participé.

« Mettre le bon article au bon endroit, au bon moment », voilà la clef d’un étalage réussi selon Sasha (21 ans), étudiante en 2e année à l’École Supérieure de Design et de Merchandising de Roubaix (Groupe CEPRECO, CCI Grand Lille). Comme elle, Ambre (21 ans), Justine (24 ans) ainsi que les autres étudiants de la formation Décorateur-merchandiser, réunis jeudi 15 juin dans le Grand Hall du Palais de la Bourse, place du Théâtre à Lille, devaient concrétiser leur projet d’étalage de produits pour cette première édition de « La vitrine ou l’art de la mise en scène by CEPRECO». À cette occasion, trois structures de bois avaient été installées afin d’accueillir des pièces de maroquinerie, des bijoux ou encore des produits de beauté, tous prêtés par les commerçants du Vieux Lille. « On devait tous prendre un produit par magasin à partir d’une sélection », détaille Sasha.

Le but, c’est que les jeunes proposent un nouveau concept de scénarisation de points de vente pour la valorisation des produits, en exposant ces derniers tels des œuvres.

IMG_8741 (1)

La Maison ITO sur laquelle a travaillé Justine.

Frédérique Daumont, directeur du centre de formation explique l’initiative de CEPRECO : « Avec nos collègues du service commerce de la CCI, nous avons proposé un projet aux commerçants du centre ville de Lille. Le but, c’est que les jeunes proposent un nouveau concept de scénarisation de points de vente pour la valorisation des produits, en exposant ces derniers tels des œuvres. »

Une affaire plus délicate qu’il n’y paraît comme le raconte Ambre : « Selon la clientèle, la mise en place est différente. Il ne faut pas trop en mettre ni pas assez mais trouver un juste milieu. Ça dépend aussi du produit que l’on présente et de la surface qu’on a notre disposition ». Et Justine de compléter : « Un merch [NDLR : merchandising] réussi, raconte une histoire. Si les choses n’ont rien à voir entre elles, les personnes vont sentir l’incohérence. En revanche si on arrive à une certaine cohérence entre les produits et dans la mise en scène, là, ça va fonctionner ! ».

ESDM CEPRECO, Ambre, Justine et Sasha

De gauche à droite : Ambre, Justine et Sasha, en 2e année Décorateur-merchandiser à l’ESDM de Roubaix.

L’événement était ouvert au public entre le 16 et le 20 juin. Un jeu permettait aux visiteurs de gagner des chèques cadeaux à dépenser chez les commerçants partenaires.

Ces derniers étaient d’ailleurs invités à échanger avec les étudiants, alternants dans différents commerces de la ville, autour des nouvelles tendances et des solutions de merchandising innovantes qu’ils proposent.


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires