La Chance aux Concours, une prépa aux écoles de journalisme réservée aux boursiers

De nombreux freins découragent les étudiants de condition modeste à briguer une carrière de journaliste. L’une des raisons est le prix élevé des classes préparatoires aux concours, réputés très sélectifs, des écoles. La Chance au Concours, association loi 1901, est avec la prépa Égalité des Chances de l’ESJ Lille, l’une des rares solutions proposée aux étudiants passionnés de journalisme, mais sans le sou.la chance aux concoursFondée en 2007 par Baya Bellanger et une poignée d’anciens étudiants du CFJ (Centre de Formation des Journalistes), la Chance aux Concours (CAC) prépare chaque année des étudiants issus de milieux défavorisés (notamment zones urbaines sensibles et zones rurales isolées) aux concours des 14 écoles de journalisme reconnues par la profession. Aujourd’hui, deux coordinateurs salariés et 200 intervenants bénévoles (dont beaucoup sont issus des précédentes promotions) permettent de faire fonctionner l’initiative dans différents centres à travers la France (Paris, Toulouse, Strasbourg, Grenoble, Clermont-Ferrand – ainsi que Marseille et Rennes à la rentrée 2017). En cours du soir et le samedi, cette préparation intensive est suivie en parallèle d’un cursus dans l’enseignement supérieur ou plus rarement d’une activité professionnelle. Sont passées en revue les notions de bases du journalisme et révisées les épreuves pratiques (synopsis, interview, reportage, etc.) ainsi que les oraux blancs. Anglais et Français sont aussi au programme et ceux qui n’ont jamais effectué de stage sont aidés à en trouver.

Contrairement aux écoles de commerce ou d’ingénieur, il n’y a pas de prépa publique dans le journalisme

La chance aux concours offre d’abord une solution financière : « Vous êtes aidés en fonction de votre échelon de bourse. La mobilité est prise en charge comme les inscriptions et nous avons des abonnements chez des titres partenaires », explique Gurvan Le Guellec, journaliste à l’Observateur et vice président de la CAC. La capacité à mobiliser son réseau est un autre critère important pour exercer le métier de journaliste. Là encore, l’association apporte une réponse : « On se dit ‘réseau des sans réseau’. C’est beaucoup plus difficile d’être recruté quand vous n’en avez pas que quand vous êtes le fils d’un chef de rédaction parisienne »

Parfois, la CAC se contente de donner un petit coup de pouce, comme ce fut le cas pour Claire, originaire de Fourmies (Avesnois) qui a bénéficié en 2015, non de la préparation « normale » mais d’un tutorat à distance. « On m’envoyait les questionnaires d’actu chaque semaine ainsi que des oraux. J’avais une journaliste tutrice et on a organisé des réunions avec les autres étudiants « coup de pouce » », raconte-t-elle. Et d’ajouter : « La Chance aux Concours m’a aidé à casser mon complexe d’infériorité et à prendre confiance en moi. J’ai arrêté de m’excuser de vouloir faire ce métier ».

La Chance aux Concours m’a aidé à casser mon complexe d’infériorité et à prendre confiance en moi.

Recrutement

L’association prouve chaque année la pertinence de son modèle par la réussite exceptionnelle de ses étudiants : « On a un taux de réussite de 55% au concours et 85% des anciens poursuivent dans le journalisme », explique Gurvan Le Guellec. Ce succès hors du commun s’explique sans doute en partie par une méthode de recrutement atypique : « On ne cherche pas les dossiers les plus excellents mais des profils de gens qui ont priori les moyens d’intégrer la profession mais qui ont vraiment besoin de nous pour réussir. On met de côté les gens qui planent un peu, qui n’ont jamais ouvert un canard [NDLR : un journal] ».

Le recrutement s’éffectue à partir de bac +2 afin que les étudiants soient admissibles au écoles qui recrutent elles-mêmes souvent à bac +3. Seuls les boursiers sont éligibles et à dossiers égaux, les critères géographiques prévalent. Toutefois, « Il y a beaucoup de candidats mais peu d’élus », prévient le vice-président de l’association. Bien qu’aucun centre ne soit ouvert dans la région des Hauts-de-France, la candidature des nordistes est traitée par l’antenne parisienne. Le recrutement commence en septembre.

Site officiel : www.la-chance-aux-concours.org


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires

Vos commentaires

  1. hortense
    Le 09/06/2018

    Pourriez-vous m’indiquer les filières à suivre au lycée pour se tourner vers le journalisme. Merci



    • Khadija-La-Voix-LEtudiant
      Le 14/06/2018

      Bonjour Hortense,

      Il existe en France 14 écoles de journalisme reconnues par la profession (dont l’ESJ Lille), elles recrutent après une licence de lettres, histoire, sciences sociales, droit, etc. (excepté pour les IUT de Cannes, Lannion et Tours qui sont accessibles directement après un bac L, ES ou S). N’hésite pas à consulter notre article « Comment devenir journaliste » pour en savoir plus sur le métier.



  2. clément
    Le 06/06/2017

    Fautes au début « issus issus »
    Pas « milieux favorisés » mais plutôt « milieux défavorisés »



    • Khadija-La-Voix-LEtudiant
      Le 06/06/2017

      C’est corrigé, merci pour la remarque Clément!