Bachelor : une business school en 3 ans !

bachelor

Vous êtes intéressé par une école de commerce, mais 5 années d’études vous effraient ? Pas de panique, le bachelor, diplôme en trois ou quatre ans, est fait pour vous.

 

Qu’est-ce qu’un bachelor ?

Pratiquement inconnu en France, il y a quinze ans, le bachelor connaît aujourd’hui, un succès sans précédent. Ce cursus anglo-saxon sanctionne le premier cycle d’études supérieures en trois ou quatre ans après le bac. Diplôme post-bac le plus délivré au monde, le bachelor se décline dans plusieurs domaines : communication, tourisme et hôtellerie, logistique, informatique, arts, sport, technologies… mais le plus connu reste le «Bachelor of Business Administration» des écoles de commerce. Il faut dire que cette filière a de quoi séduire : formation de haut niveau à la fois généraliste et professionnelle facilitant une poursuite d’études ou une entrée dans la vie active avec une coloration internationale. «Petit frère» du programme «grande école», le bachelor est aussi une bonne alternative pour contourner les classes préparatoires et décrocher in fine un diplôme. Autres atouts, les étudiants en bachelor bénéficient bien souvent du rayonnement et de l’excellence académique et s’acquittent de frais de scolarité moins élevés que ceux de la grande école.

formation de haut niveau à la fois généraliste et professionnelle facilitant une poursuite d’études ou une entrée dans la vie active

 

Comment choisir son bachelor ?

En France, le bachelor, ne bénéficie pas d’une reconnaissance officielle. Difficile de faire le tri parmi les centaines de diplômes existants. Dans la région, une vingtaine d’établissements : BBA EDHEC, IESEG, Skema, IAE Lille, ISCID- CO, ESC Amiens, ISG Lille, ISEFAC, EGC, Mbway, Amos… proposent des bachelors, mais tous ne se valent pas. Avant de vous engager, assurez-vous de leur reconnaissance par l’État. Vérifiez aussi que le bachelor soit visé ou inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles. Les Chambres de Commerce et d’Industrie ont créé un label «bachelor des CCI». La Commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion se penche sur la faisabilité de conférer un grade de licence, sur le même modèle que le «master grande école». À suivre… Vous pouvez également consulter le classement des bachelor 2017.

 

Que faire avec un bachelor ?

À l’inverse d’un BTS ou d’un DUT, les étudiants en bachelor ont trois ans pour acquérir les fondamentaux en commerce et gestion, étoffer leur culture générale et maîtriser des langues étrangères. Assurés en grande partie par des professionnels, les enseignements en bachelor font la part belle au concret. Au programme : études de cas, travaux de groupes, stages en entreprises et parfois alternance. Les étudiants choisissent une spécialisation en dernière année et travaillent pour certains sur un projet de création d’entreprise. Une fois diplômé, ils exercent des fonctions de «middle managers» dans les métiers du management et de la gestion. Des profils, sont très prisés par les PME-PMI, qui n’ont pas toujours le budget pour embaucher un bac+5. Mais pour une majorité de diplômés, le bachelor est aussi un tremplin vers une poursuite d’études en master.

bachelor-alex

Quel bachelor choisir : Les spécialisations

Les étudiants en bachelor de l’ESC Amiens, ont le choix parmi cinq spécialisations : digital, finance, international, marketing-communication ou ressources humaines. À l’ISEFAC, les spécialités sont tout aussi nombreuses : marketing, communication, luxe, événementiel… Le BBA EDHEC quant à lui offre quatre parcours : management Studies (en français), global Business (en anglais sur trois continents : UCLA Extension et Nanyang Business School), international Studies (en anglais, espagnol, portugais) et online (pour les sportifs de haut niveau, les entrepreneurs, les musiciens ou les étudiants en double cursus). L’ISCID-Co fait la part belle au management à l’International, la communication ou le e-Business. Tout comme l’EGC Lille, MBway, l’IAE Lille ou l’IESEG offre spécialisation en management et au monde des affaires internationales. L’ISG permet à ses étudiants de 3e année d’étudier à l’étranger ou dans une autre école du groupe IONIS. À noter que la filière bac+3 de Skema «ESDHEM» est une «Prépa diplômante» offrant deux filières : en gestion et en droit (en partenariat avec l’ULCO et Lille 2).

Les admissions en bachelor

Les bachelors sont accessibles sur concours propres ou communs à différents niveaux de recrutement. Sur concours propre, les écoles définissent leurs propres conditions d’accès. Trois concours communs sont proposés actuellement : Atout +3, Bachelor EGC et Ecricome. L’admission se fait généralement en plusieurs étapes : étude du dossier, puis épreuves écrites et orales (synthèse, culture générale, langue…). À savoir : une vingtaine de bachelors sont présents sur www.admission-postbac.fr.

 

EN SAVOIR PLUS

My taylor is rich
La dimension internationale en bachelor ne se limite pas à l’enseignement des langues vivantes ou le passage de certifications comme le TOEIC. Dans certains établissements, à l’image de l’IESEG, BBA EDHEC ou l’IAE Lille les cours sont entièrement dispensés en anglais.

Un bachelor technologique
Depuis la rentrée, les Art et Métiers Lille proposent un bachelor destiné aux bacheliers STI2D en partenariats avec trois lycées de la région (Baggio à Lille, Malraux à Béthune et Branly à Boulogne sur Mer). Pendant les deux premières années, 80% du cursus est dispensé en BTS Conception de produits industriels et 20% aux Arts et Métiers.

Les écoles de gestion et de commerce (EGC)
Créé il y a une trentaine d’années, le réseau des EGC dispense à travers ses 23 campus une formation généraliste en management. Adossées aux CCI, les EGC entretiennent des liens étroits avec le tissu économique local.

 

Portrait

Acr1783339459372811112246Marine, 19 ans, en Bachelor EGC à Lille

Après l’obtention de son bac ES au lycée Sainte Famille d’Amiens, Marine passe le concours Bachelor EGC. «J’ai toujours voulu m’orienter vers les métiers du commerce et de la gestion. Et comme j’envisageais une insertion rapide dans la vie active, avec un bon niveau d’études, le bachelor était la solution idéale» confie Marine. «J’ai opté pour un Bachelor car il me permettait de faire des stages et de partir à l’étranger» poursuit-elle. Après les Bahamas, les Etats-Unis et l’Australie, Marine s’imagine bien débuter sa carrière dans un grand groupe comme LVMH ou Kering.


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires