Ma thèse en 180 secondes : deux doctorants de Lille 1 et Lille 3 récompensés

Caroline DUC, doctorante à Lille 1, et Cyrille Ballaguy, à Lille 3, ont respectivement obtenu le prix du jury, et du public, au concours « Ma thèse en 180 secondes » © Université Lille Nord De France

Expliquer un sujet de thèse en trois minutes, de façon compréhensible par tous ? Un défi qui semble à première vue complexe. Mercredi 22 avril, dix jeunes chercheurs de la région ont tenu ce pari. Deux d’entre eux ont obtenu les faveurs du jury, et du public.

Mettre en scène des années de travail

Ma thèse en 180 secondes, qu’est ce que c’est ? Ce concours international né en 2008 permet aux jeunes doctorants de partager leur sujet de thèse en trois minutes seulement, en des termes simples et compréhensibles par tous. « C’est un moment symbolique de partage d’une passion, et d’une ambition. Ces jeunes chercheurs savent nous intéresser à la recherche, et nous aider à mieux comprendre le monde. », souligne Philippe Rollet, président de Président de l’Université de Lille 1.

Dix étudiants ont été sélectionnés pour cette finale régionale, parmi 30 inscrits en Nord – Pas de Calais. Aurélie Bruère, étudiante à Lille 1, ouvre les hostilités : c’est une histoire qu’elle nous raconte, d’une voix mesurée de conteuse. Un par un, les dix étudiants réussissent à nous expliquer des sujets aux noms parfois peu communs, et à nous intéresser sans nous perdre. Nous les écoutons narrer leur thèse plutôt qu’expliquer : ils mettent en scène avec perfection des années de travail complexes. C’est une finale sans fausse note pour les candidats, qui ont été préalablement entraînés.

« J’ai raconté un bout d’histoire. »

Caroline Duc, doctorante à l’Université de Lille 1, a remporté le prix du Jury. « Surface polymère électroactive texturée anti-biofouling », c’est l’intitulé bien obscur, de sa thèse. Elle commence son récit simplement : « C’est l’histoire d’une cigale ». Rapidement, on se laisse emporter par le fil de ses pensées, qui se déroule devant nous sans aucune fausse note. Moins de trois minutes plus tard, incroyable mais vrai : ce sujet de thèse à première vue incompréhensible, est devenu concret : « J’ai raconté un bout d’histoire, témoigne Caroline. Cela me fait plaisir que ça plaise, et de voir que tout le monde a gardé un bout d’enfance en soi. »

Le prix du public est, quant à lui, remporté par Cyrille Ballaguy, doctorant à Lille 3. Sa prestation, remplie d’humour, a convaincu l’auditoire. « Le plus important c’est d’avoir du recul par rapport à son sujet, explique Cyrille. On ne peut pas faire une thèse si on ne peut pas en rire. » Intitulée : « La question des nouvelles médiations dans la valorisation des collections muséales du Nord Pas de Calais », ses recherches lui valent un travail considérable dans tous les musées de la région.

Caroline, notre lauréate, aura rendez-vous le 3 juin, à Nancy, pour défendre le Nord – Pas de Calais lors de la finale nationale du concours.


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires